Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du décembre 15, 2005

Les derniers fastes...

Avez-vous déjà entendu parler de ce milliardaire excentrique comme on en trouve dans les albums de Tintin, Charles de Bereistegui. Sud-américain d'origine basque, grand esthète et mécène, fou de grandeur et de beauté, qui mourut dans les années 70 ? Il acheta juste après la guerre le Palais Labia, ce somptueux bâtiment situé près de l'église San Geremia et se mirant au bord du canal de Cannareggio. Ce bâtiment, aujourd'hui propriété de la RAI, qui abrite les plus monumentales fresques de Tiepolo, montrant la gloire et le triomphe de Cléopâtre. En septembre 1951, il donna dans ce palais à peine restauré et remeublé la plus gigantesque fête jamais donnée au XXème siècle à Venise. Le monde entier y participa : milliardaires, stars du cinéma, artistes célèbres, écrivains, politiques, rois, princes et émirs, tous se précipitèrent en gondole vers les ors et les lumières du palazzo. 

Je poursuis mes recherches iconographiques et je vous présenterai cette soirée mémorable que j'…

Les yeux morts mais l'esprit vif.

Il y a 800 ans cette année, mourait à Constantinople le 39e doge de Venise, le Noble Enrico Dandolo, presque centenaire, le vainqueur de l'Empire byzantin.

La tradition familiale établit que nos ancêtres seraient arrivés à sa suite en Turquie et qu'après la mort du vieux doge, ils se seraient définitivement installés à Galata où ils firent souche, jusqu'à l'expulsion par Mustapha Kemal des occidentaux, dans les années 1920. Marchands et militaires ? Où est la part de la légende et celle de la vérité ? . La vie du vieux potentat est passionnante. Aveugle, il sut, avec un art très abouti de la diplomatie et un sens commercial avéré, détourner la quatrième croisade de son objectif pour s'emparer de Byzance et devenir ainsi, au nom de Venise, le maître incontesté de la Méditerranée. Venise eut ainsi le choix - et la tentation- de prendre la couronne impériale et d'en ceindre le front de son doge. Avisés, les vieux sages du Conseil ont préféré demeurer marchands plutô…