16 juin 2008

Chat à Venise




Être chat à Venise n'est pas une mince affaire. Presque un devoir. Une situation. "Un état" dirait Monsieur Goldoni... I gatti veneziani eux aussi sont moins nombreux qu'autrefois. Toujours aussi paresseux et rêveurs, il semblerait que la nostalgie soit courante chez la gent féline autochtone. Il serait temps de repeupler cette colonie et de leur montrer à ces humains ce que c'est qu'être chat à venise ! 


_______
2 commentaires (non archivés par Google) 



Chronique bordelaise

Il y a dans l'existence de ces petits moments de bonheur qui réconcilient avec la vie. Je viens d'en vivre un, sans préméditation. Il pleuvait des cordes ce matin sur Bordeaux. un de ces matins à faire broyer du noir aux âmes les plus optimistes. Une kyrielle de rendez-vous, des appels téléphoniques se succédant les uns aux autres et plein d'impondérables. Bref de quoi ruminer pendant des heures et rêver d'un retour immédiat au fond de son lit. 

J'avais cependant rendez-vous à treize heures dans un sympathique restaurant presque privé que j'allais découvrir, à l'invitation de Stéphane Felici, notre charmante et simpaticissima consul d'Italie à Bordeaux. Elle nous traitait, mes compagnons et moi, dans cet endroit drôlement agréable en l'honneur d'Enrico Gatti, le célèbre violoniste fondateur de l'Ensemble Aurora, qui arrivait de Bruxelles et donnera un concert demain, en compagnie de Guillaume Rebinguet et Aurélien Delage, (Mardi 17 juin, à 20 heures 30, dans l'abbatiale Sainte Croix, cette magnifique église qui abrite le somptueux orgue de Dom Bedos). Il animera ensuite une classe de Maître au conservatoire de Bordeaux, mercredi et jeudi.

La conversation, éclairée, à défaut de soleil, par les mets et le vin, délicieux, porta bien entendu sur la musique, sur les orgues de salon en France et en Italie (une idée d'article pour ce blog) et ce fut un bien agréable moment. A l'heure du café, le ciel s'est enfin dégagé et il faisait presque chaud. Nous avions rendez vous avec le scénographe Giulio Achilli, directeur technique de l'Opéra, après l'Arena de Vérone, Covent Garden et l'Opéra de Rome, pour faire visiter à Enrico Gatti notre magnifique salle à l'italienne. De haut en bas, notre hôte entraîna la petite troupe dans l'histoire et la magie de ce théâtre qui n'en finit pas de se refaire une beauté (le plafond peint par Bouguereau dans le grand foyer a retrouvé sa splendeur et les salons rénovés auront noble allure bien qu'on puisse regretter cette décoration très fin XIXe qui n'a rien à voir avec le charme et la délicatesse de ce que furent les salons d'origine). Agréable évasion hors d'un quotidien bordelais pluvieux et bien gris. On a parlé mise en scène, décoration, et esthétique en parcourant les étages.

Pourquoi vous raconter tout cela me demanderez-vous ? Est ce parce qu'une partie de l'opéra a été construit sur pilotis selon des techniques empruntées aux constructeurs vénitiens ? Est-ce parce que le concert de demain mérite d'être médiatisé, avec un programme de musique vénitienne et française pour violons et continuo ? Parce que Guillaume et Aurélien sont des amis et de très bons musiciens ? Parce que le maestro Gatti est loin d'être le premier venu et qu'il est au violon baroque ce que Gustav Léonhardt est au clavecin ? Un monument ? Pour toutes ces raisons en effet. 

Mais aussi simplement parce que Bordeaux qui bouge, Bordeaux qui se cherche une destinée universelle avec son inscription au Patrimoine mondial de l'UNESCO et sa candidature au titre de capitale européenne de la culture en 2013, laisse souvent passer sans frémir des évènements mal médiatisés - on se demande parfois pourquoi la presse locale relaie aussi mal les manifestations culturelles et artistiques - et que des concerts comme celui de demain soir méritent qu'on en parle et que le public s'y rende.

Comme il faut aller voir la magnifique exposition dédiée à Piranese sur le site de la Base sous-marine (ce lieu est devenu peu à peu une icône bordelaise et en cliquant sur le lien, vous lirez la description qu'en fait Dominique Fernandez pour le Nouvel Observateur). A visiter sans hésiter (on y expose davantage de gravures qu'à la Fondation Cini à San Giorgio de Venise). Venues du musée de Gajac, à Villeneuve sur lot, les gravures sont associées à des sculptures contemporaines et aux photographies de Ferrante Ferranti. Comme il faut aller aux concerts de Musica Malagar qui auront lieu ce week-end : deux journées de musique de chambre dans le cadre bucolique de la maison que François Mauriac aimât tant. Il s'agit en fait des examens du département de musique de chambre du conservatoire qui sont ouverts au public. Dans une atmosphère bon enfant, on pourra entendre les grands élèves de Dominique Descamps dans six concerts dirigés par Jean Luc Portelli, le bouillonnant directeur du conservatoire. Si le temps est beau, le charme des lieux, la qualité des interprètes, leur fougue et leur enthousiasme feront passer aux spectateurs, une fois de plus, un très agréable moment qui rime cette année avec la Fête de la Musique.

Il se passe bien des choses dans cette ville. C'est certainement pour cela que la ligne MyAir, dans le sens Venise-Bordeaux, est de plus en plus fréquentée. Quand je pense à l'époque où j'avais été chargé de mission par le Conseil Général à la B.I.T de Milan (la Borsa Internazionale del Turismo). Je devais, entre autres, essayer de décider Air France à maintenir la ligne Venise-Milan-Bordeaux pour que se développe le tourisme italien en Gironde. On m'avait ri au nez à l'époque, "vous n'y pensez-pas, des italiens en villégiature à Bordeaux, ce serait le monde à l'envers"... 

__________
5 commentaires (non archivés par Google).
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...