22 mai 2011

Etre en mai à Venise


Joli mois de mai. Alors qu'il pleut sur New York et que le ciel du Sud-Ouest est mitigé avec parfois de gros orages comme autrefois on en subissait en plein été, Venise est inondée de soleil et l'air comme la lumière sont très purs. la douceur du mois de mai sur la lagune n'est pas une légende. Mais que fait-on ce mois-ci dans la Sérénissime ? Que faut-il ne pas louper ?
 .
Comme Tramezinimag l'a déjà annoncé, tous les lundis de mai, on lève son verre à l'Art avec le Happy Spritz en musique (live). Un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte, la visite des jardins et des collections un verre à la main est un bonheur. Regarder passer les bateaux depuis les terrasses, bavarder dans le jardin, un délice de happy fews qui font des émules car il y a désormais foule à chaque rendez-vous ! Si vous avez des enfants avec vous, en dehors du Spritz et des conversations sur l'art dans toutes les langues, ils aimeront l'atmosphère magique des lieux.
 ..
 .
Mais pour les amateurs d'art, les experts et les passionnés, il y a aussi ce mois-ci l'extraordinaire spectacle de l'Esther de Véronese enfin restaurée qui s'expose en majesté au Palazzo Grimani. Occasion unique pour voir ces chefs-d’œuvre de près avant leur restitution aux plafonds de la Chiesa di San Sebastiano ! Qui dit que rien plus jamais ne se passe à Venise en dehors des méga-évènements mondialement médiatisés de la Biennale, des expositions Pinault et de la Mostra del Cinema
.
.
Tenez, pendant quelques jours, du 13 au 15 mai, se déroulait à l'Arsenal la IVe édition de Mare Maggio, organisée par Lorenzo Pollicardo, sous l'égide de Expo Venice. Trois journées dédiées à l'art de naviguer avec des régates, des promenades sur un bragozzo authentique, des expositions d'embarcations historiques comme le sous-marin Dandolo et la machine de Marconi. A la fin de la manifestation, des stands proposaient à la vente des objets et ustensiles pour la navigation mais aussi pour les collectionneurs. 

Gourmandises d'un dimanche tranquille : La Crème vénitienne

Un dimanche comme les autres. Le soleil qui est revenu fait danser les grains de poussière dans l'embrasure des fenêtres du salon, le délicieux parfum des tilleuls en fleur se répand dans toute la maison. Les chats somnolent. Peu de bruit dans la rue. La voix éraillée de Billie Holiday chante "I am painting the town red". Constance, allongée sur la canapé rouge, est plongée dans une vieille bande dessinée des années 50, son thé à la main. Alix doit être quelque part à la plage avec ses amis et Jean révise ses cours de philosophie. Atmosphère comme je les aime. Une journée banale. Paisible. Pour changer des sempiternels scones et des galettes irlandaises, nous avons fait une crème vénitienne. Un peu long mais le résultat vaut le mal que nous nous sommes donnés sous le regard attentif et très intéressé de nos deux chats gourmands. Un peu long mais le résultat vaut le mal que nous nous sommes donnés sous le regard attentif et très intéressé de nos deux chats gourmands.
Pour réaliser cette crème, il faut : 1 litre de bon lait, 10 grammes de cassonade, une belle gousse de vanille et 6 œufs.
Délayer le sucre dans une casserole à fond épais avec le lait et mettre à bouillir avec la gousse de vanille fendue dans le sens de la longueur. Pendant ce temps séparer le jaune des blancs. Dans une assez grande car elle contiendra toute la crème, battre les jaunes en crème. Puis dans une autre jatte, battre les blancs en neige ferme en y ajoutant une pincée de sel et un peu de sucre.
Quand le lait bout, l'ajouter peu à peu aux jaunes (jusque là, il s'agit tout simplement de réaliser une crème anglaise) en remuant pour éviter que la crème ne tourne. Quand tout le lait est dans la terrine, reverser la préparation dans la casserole et faire épaissir en remuant sans arrêt. Je remue comme on manie la rame : en faisant des huit plutôt qu'en tournant en rond dans la casserole !

Quand la crème vous parait assez épaissie, la sortir du feu. Ajouter les blancs en neige en mélangeant bien le tout. Servir tiède avec un biscuit de Savoie ou froid avec des sablés. A Venise, certains la mettent dans des petits pots et la font caraméliser au four. Un régal pour savourer un dimanche tranquille.


_______
1 commentaire(s):
Michelaise a dit…
Une recette légère qui doit fondre en bouche... comme fond dans le cœur l'ambiance douce de ce dimanche ensoleillé.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...