02 février 2016

Lettre à mes lecteurs

Biens Chers Lecteurs, 

Il est difficile de trouver sur la toile des informations sympathiques et véridiques concernant notre Venise au quotidien. Envahie par les barbares depuis tant d'années, mille guides sont publiés, des centaines d'articles paraissent dans les journaux du monde entier qui présentent une Venezialtra, avec des adresses à ne pas manquer, des lieux à visiter à tout prix et aussitôt 21 millions de touristes se précipitent et endommagent le peu qui reste d'authenticité. En me promenant sur le net il y a quelques mois, et sur les recommandations d'une vieille amie vénitienne, j'avais découvert le blog de Riako, alias Chiara Regazzini, pétulante (et c'est un compliment, pas de l'ironie) jeune étudiante de la Ca'Foscari, apparemment grande amoureuse de Venise dans le même sens que nous, chers lecteurs. Son post sur les choses à voir et à faire qui ne coûtent rien (et font du bien pour paraphraser un adorable petit livre que j'ai offert naguère à l'un de mes enfants) est une petite merveille d'authenticité que Tramezzinimag ne peut que confirmer. en voici, peu ou prou, la traduction. Que l'auteur de ce blog soit remerciée pour sa plume, sa faconde et l'emprunt que j'avais fait à son site. Malheureusement la jeune fille a cru que nous avions volontairement entrepris de piller sa créativité en reproduisant - en français - l'essentiel de ses billets. Beaucoup de précipitation et d'inattention ont fait que les deux billets, postés à la suite l'un de l'autre et qui depuis nous avaient valu de nombreux commentaires sympathiques le plus souvent avec des rajouts et des notes diverses, l'ont été sans aucune mention de l'inventeur du texte original. Nos compléments aux notes de la jeune étudiante devaient être complétés par de jolies photos d'amis très chers de notre blog, Pierre et Christine. Hélas, trois fois hélas, rien de tout cela ne fut mis en œuvre et les billets parurent sans aucun mention de droit ni citation du texte original qui avait servi de charpente à notre projet. J'en suis marri - et ma petite équipe tout autant. Entre temps, et après un échange assez virulent, mais toujours courtois, les billets ont été supprimés manu militari par les sbires de Google, notre hébergeur (!), Chiara et Lorenzo sont devenus amis sur Fesse de Bouc... Ironique époque où un blog qui fêtera bientôt sa douzième année d'existence et a collationné à ce jour un peu plus de 1.745.000 visiteurs, est censuré par un Big Brother yankee dénué de toute empathie et encore plus de culture (savaient-ils seulement de quoi ces billets parlaient ?), conséquence d'une distraction jamais constatée auparavant. Mais cela est de bonne guerre. La propriété culturelle est en danger avec les médias modernes qui sont rapidement incontrôlables.< A la place de la jeune femme, j'aurai agi de même : j'aurai d'abord cherché à joindre le présumé plagiaire, pour comprendre et savoir à qui j'avais à faire. Ce qu'elle fit, mais Tramezzinimag est souvent aux abonnés absents en ce moment tant votre serviteur est occupé ailleurs. Et je la félicite de savoir aussi bien défendre ses intérêts et sa plume, et par là le principe même de la création culturelle. C'est Google après tout qui manque cruellement de nuance, mais ça on le savait... Je remercie aussi les nombreux lecteurs qui m'ont écrit pour m'assurer de leur soutien et de leur étonnement devant cette censure quand, comme le souligne Maryse "Il eut suffit d'un rectificatif et de republier les billets avec les différentes mentions légales", et cette sympathique remarque de Frédéric : "Quelle publicité vous faites à un blog inconnu (méchant) David inconnu contre un (gentil et célèbre) Goliath, apprécié de tous et notoirement connu depuis 2005, a fait parler de lui". Merci les amis, mais la loi est claire et en l'état, nous avons été un peu légers avec cette distraction. Acte manqué ? Fatalité ? Merci en tout cas pour votre soutien et vos encouragements. 

Venezianamente, 

Lorenzo
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...