Accéder au contenu principal

Dans Venise la rouge, il y a toujours des choses qui bougent...

La nouvelle était tombée en mars 2015 et tous les défenseurs du patrimoine vénitien, les associations de protection de la ville soufflèrent : l'ex Teatro Italia, fleuron de l'art Liberty néo-gothique vénitien ne deviendrait jamais un énième supermarché. Du moins c'est ce qu'exprimaient les tenants de l'opération à la presse qui en fit ses gros titres. Tramezzinimag s'était réjoui alors de savoir ce local superbe, récemment encore utilisé par l'université de Venise comme salle de conférence et de cours magistraux, ancien théâtre et cinéma ayant fini sa carrière culturelle dans la catégorie à luce rossa (cinéma pornographique mais où fut diffusé aussi des films en première vision comme KingKong en 1976 et Batman en 1979). Protégé, le bâtiment construit dans les années 1910, ne pouvait être transformé, la façade, les fresques intérieures, l'organisation des salles, les ouvertures, tout devait demeurer comme l'avait conçu les architectes... Plus d'un an après le bâtiment a été restauré et rafraîchi. sa destination ? Un supermarché  !


Le 28 décembre dernier, tôt le matin - à huit heures exactement - devant l'ensemble du personnel et en présence de quelques riverains et de clients curieux, la cérémonie d'inauguration a été simple et discrète. Un ruban coupé, quelques mots et le supermarché le plus beau d'Italie venait officiellement d'ouvrir ses portes.



Quelle surprise, dès le hall, tout a été restauré, remis à neuf, la belle rampe de fer forgé, les plafonds et les parois à fresque, les moulures et les ouvertures de plus pur style Liberty comme l'aimait le début de XXe siècle.  Ce qu'on craignait à été soigneusement évité et il faut rendre hommage aux initiateurs du projet pour la qualité de l'aménagement et des restaurations. Le cahier des charges était clair : mettre en valeur et protéger la structure. C'est ce qui a été fait largement au-delà de toute attente.

C'est ainsi
qu'un joli mobilier en bois, de faible hauteur, offrant à la fois une praticité optimale pour les usagers et un positionnement qui permet de laisser libre à la vue - et permet d'admirer de partout - la structure historique et sa décoration parfaitement rénovée. 

Le respect très marqué pour les lieux par les commanditaires (une société immobilière de Piero Coin, proprtaire des murs et Despar) s'est ainsi concrétisé dans le choix de matériaux ayant un impact environnemental réduit : éclairage au LED installé directement sur le mobilier, pour ne pas endommager structure et fresques restaurées, récupération totale de la chaleur produite par les moteurs des comptoirs réfrigérés, du système de chauffage du bâtiment et de la production d'eau chaude des sanitaires, Système de traitement des vapeurs pour la suppression des odeurs et émissions de particules, portes sur les comptoirs et les vitrines pour réduire la consommation d'énergie et limiter la dispersion de la chaleur et d'humidité, dans le but de protéger les fameuses fresques et les gypseries du décor Liberty.

L'espace de vente proprement dit est de 580 m² où sont disponibles près de 8700 produits, presqu'exclusivement alimentaires. Le magasin dispose de 7 caisses dont 4 automatiques mais qui ont été conçues comme réversibles de façon à se transformer si besoin en caisses traditionnelles. 


Large plage horaire, de 8 heures à 21 heures, sept jours sur sept, et pour garantir la continuité du service tout en permettant au personnel de disposer de temps de repos suffisant, l'organigramme du supermarché est largement plus rempli qu'il ne l'est en général dans des magasins de taille identique : 41 personnes sont sur le site en permanence dont 35 pour qui il s'agit d'une premier emploi.


Tout a été pensé pour répondre aux exigences des vénitiens - le communiqué de presse précisant bien qu'on trouve au Despar Teatro Italia tout le nécessaire pour les courses au quotidien - autant qu'à celles des touristes, des gens qui viennent chaque jour travailler à Venise et des étudiants avec un grand choix de produits Take away. Un service de livraison à domicile va être mis en place. D'ores et déjà, il est possible de commander à l'avance des produits du rayon traiteur, pâtisserie et boulangerie. Si tout cela se déploie comme l'annoncent les dirigeants de SPAR, il n'y aura rien à redire et c'est bien.De plus, on ne peut qu'apprécier la teneur des propos du responsable de Despar Nordest, Marino Fineschi quand celui-ci souligne, je cite, combien l'entreprise est consciente que certains vénitiens auraient préféré une autre utilisation de l'ex-Teatro Italia : "Nous croyons cependant qu'en choisissant notre enseigne, les propriétaires du bâtiment s'est rapprochée d'un partenaire conscient du privilège de disposer un lieu aussi  exceptionnel - et des responsabilités qui en dérivent : nous prendrons soin du Teatro Italia !"


Une leçon pour l'ensemble des compagnies qui prennent à bras-le-corps tant de rénovations et réappropriation de lieux historiques publics ou privés.3 Montrer que la modernité peut aussi être au service des vénitiens et de leur ville et non pas à leur détriment. Quand, à Tramezzinimag, on vous dit que la particularité de Venise et ce depuis toujours, est et demeure l'innovation, l'exemple de cette restauration-mutation le prouve. Le problème n'étant pas dans la mise en place des bonnes idées et la volonté des rénovateurs en charge de projets commerciaux ou sociaux. L'imagination ni les idées ne manquent.

Ce qui pose problème - et question - c'est l'attentisme pathologique et la bêtise de beaucoup de responsables des organismes-clés de la ville et de sa région, leur goût pour le gain facile et leur complet désintérêt pour ce qui touche la sauvegarde de la vie à Venise. Tant que l'esprit de lucre, le manque de vision à long terme et la non-intégration en priorité dans les choix qui sont faits des besoins des habitants et que ne seront pas sanctuarisés sur l'ensemble du territoire de la commune et de la lagune le droit au logement, à la santé, à la disposition d'un cadre de vie normal pour les citadins, rien ne sera résolu et l'immigration des vénitiens vers la Terraferma continuera. Pas besoin d'être médecin pour savoir qu'une hémorragie non contenue finit par tuer le corps malade qui en souffre...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La vérité sur la mort de Pateh, le jeune gambien qui s'est noyé à Venise

Depuis sa création en 2005, Tramezzinimag a choisi de consacrer ses pages uniquement à Venise, à ses habitants, à la vie vénitienne. Sa civilisation, son histoire, ses problèmes actuels... "Tout ce qui est Venise est nôtre". Nous avons toujours pensé - et écrit - que ce qui touche à Venise a forcément un retentissement partout ailleurs dans le monde. Même réduite à une bourgade de province, assimilée de plus en plus à un parc d'attraction que certains touristes pensent doté d'horaires d'ouverture et de fermeture, Venise n'en demeure pas moins un laboratoire. Qu'il s'agisse de l'environnement, de l'organisation de la cité, les solutions qu'elle trouve pour demain comme celles qu'elle inventa autrefois, méritent que les responsables des grandes cités modernes s'y intéressent. Cependant, passée la colère qui fut la nôtre face au référendum sur la constitution européenne, l'attitude des politiques et celle des journalistes criant a…

Mériter Venise ou l'éloge de la Lenteur

TraMeZziniMag défend depuis sa création en 2005, la même conception du voyage et par conséquent du voyage à Venise. Nous sommes de ceux qui privilégient le temps et font leurs délices de la lenteur. Nous sommes convaincus que Venise se mérite, qu'il faut beaucoup de temps pour vraiment appréhender ce qu'elle est vraiment. Mais le temps, prendre le temps, avoir le temps, tout cela est un luxe aujourd'hui. Du moins, c'est ce qu'on cherche à nous faire croire. Nous sommes tous devenus des gens pressés - les parisiens surtout...
.. Le vrai tempo de VeniseLe temps nous fait peur finalement. Le perdre, ne pas en avoir assez... Autant d'alibis pour cacher l'angoisse humaine face à la conscience de n'être jamais que de passage. Mais nous avons le choix. Laisser cette angoisse s'emparer de notre vie au quotidien et courir, courir sans cesse ou bien le prendre, ce temps, comme il vient, comme il va et l'apprivoiser. Le voyage peut devenir notre allié et nou…

Caigo fisso : la poésie du brouillard vénitien

Il faut l'avoir vécu pour vraiment se faire une idée vraie de la vie à Venise, cet hiver vénitien qui peut se faire rude. Pluie, neige, froidure et humidité sont monnaie courante. Mais le plus caractéristique de la Venezia d'Inverno (Venise en hiver) reste le brouillard quand il se répand sur la lagune et se faufile partout dans la ville lui donnant un aspect onirique encore plus marqué qu'aux beaux jours que fréquentent les touristes. 
Le brouillard transforme notre manière de considérer l'espace, il pacifie les pensées ou les densifie. Le corps avance dans cette atmosphère magique et cotonneuse comme dans un rêve. Et le silence, le silence épaissi par la brume descendue des nuées. Il faut avoir lentement glissé en barque au milieu des eaux de la lagune, là où il n'y a plus d'éclairage, où les seuls repères, bricole et paline surgissent subitement et s'estompent aussitôt comme autant de fantômes plaisantins. Dans ces moments magiques, le seul bruit qui nous…

Gourmandises vénitiennes

Les fins d'années sont comme des fins de cycle, on ressent souvent le besoin de faire un grand nettoyage. Autour de soi, dans les placards, les tiroirs et les cartons entassés dans les armoires. Dans sa tête aussi. Cela va de pair. Votre serviteur, se retrouvant dans l'obligation de vider un magazzino où s'entassent depuis des années un fourbis de caisses et de malles, partage désormais son temps entre l'écriture et l'archéologie domestique. Parfois une trouvaille fait basculer l'âme dans un monde disparu, parmi les souvenirs enfouis qui rejaillissent soudain, frais comme s'ils naissaient entre nos mains. C'est d'un de ces petits bonheurs que m'est venue ce matin l'idée de ce billet gourmand. Dans un carton fatigué, une liasse de vieilles lettres. Millésime 1885 à 1892 - un autre monde - quelques carnets, un petit album de photographies, d'autres riens dans une boite de carton bouilli. Et dans cette boite un tout petit cahier joliment re…